Ce site web utilise des cookies afin d’améliorer l’expérience utilisateur et d’offrir des fonctionnalités additionnelles. Vous pouvez à tout moment changer vos paramètres liés aux cookies. Voir notre politique relative à l’utilisation des cookies.

Reading Stieg Larsson
Stieg Larsson was a relatively unknown writer when the Millennium trilogy was published. The books became an enormous success with readers all over the world.
Crédit photo: Cecilia Larsson Lantz/Imagebank.sweden.se

Le Millennium Tour - Stockholm sur les traces de Millénium

La trilogie Millenium est une série de livres d’un auteur suédois, Stieg Larsson, qui n’a été publié qu’après sa mort et qui est aujourd’hui connu dans le monde entier. La trilogie (lue par plus de 80 millions de personnes la dernière fois que nous avons vérifié) a été adaptée au cinéma deux fois, premièrement par la télévision suédoise et deuxièmement par Hollywood. Elle montre au monde la face sombre d’une Suède paisible.

Le Millennium Tour est une promenade guidée sur les traces de la trilogie de Stieg Larsson : « Les hommes qui n’aimaient pas les femmes », « La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette », et « La Reine dans le palais des courants d’air ». Le circuit de deux heures sur l’île de Södermalm commence à Bellmansgatan 1, le domicile du personnage principal, Mikael Blomqvist. Vous découvrirez les principaux lieux décrits dans les livres : bars, cafés, et bien sûr l’ancien appartement de Lisbeth Salander.

LIEUX BRANCHES

Le circuit se termine au Musée municipal de Stockholm qui présente une exposition consacrée à la trilogie Millenium. Si vous n’avez pas le temps de prendre un verre à la brasserie Kvarnen ou un café chez Mellqvist (deux arrêts importants du tour) pendant le circuit, ce sont des lieux si mythiques que nous vous conseillons d’y retourner plus tard.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Larsson a eu beaucoup de mal à se faire publier. Ses manuscrits ont été refusés par deux maisons d’édition suédoises avant que Norstedts ne lui donne une chance. Quand il a voulu être publié en anglais, il a eu les mêmes difficultés jusqu’à ce qu’un petit éditeur londonien, Christopher Maclehose, prenne finalement le risque. Il ne l’a jamais regretté…